Cédric Bolduc-Méthot est très reconnaissant à l'égard de Sacré-Coeur

Coureur d’élite, Cédric Bolduc-Méthot doit à l’équipe d’orthopédie de l’Hôpital du Sacré-Cœur-de-Montréal, le fait de pouvoir continuer à faire le sport qu’il aime tant ! Son histoire est fascinante. Il a eu recours aux spécialistes en orthopédie à plusieurs reprises au cours des 15 dernières années pour pouvoir participer à des courses de catégorie élite.

Le Dr Jean-François Bellemare, un médecin spécialisé en chirurgie générale, l’a opéré plus d’une fois. Des séquelles d’un accident subi à un tout jeune âge et une intense pratique sportive depuis l’école secondaire, lui ont créé tout de sortes de problèmes physiques nécessitant de délicates interventions qui aurait pu réduire considérablement sa qualité de vie et freiner son ardeur sportive.

Âgé de 31 ans et père de deux enfants, Cédric est extrêmement reconnaissant à l’égard du Dr Bellemare et du Dr Stéphane Leduc, chirurgien orthopédiste. Il sait que c’est grâce à eux s’il peut vivre à plein sa passion pour le sport. « Je fais énormément de sport. À travers les années, j’ai participé à plusieurs courses de cross-country. J’ai commencé par la suite le karaté. Ajoutez la course à tout cela. J’ai commencé à avoir plein de petits bobos au fil des années », a expliqué Cédric. Après pas moins de cinq opérations au niveau de l’aine, le Dr Bellemare aura réussi également à lui retirer un kyste qui s’était logé sur l’épididyme (organe appartenant à l’appareil reproducteur masculin). Tout un exploit pour ce médecin qu’il qualifie de haut niveau. Le Dr Bellemare a dû, à la suite d’une infection, l’opérer une seconde fois, tout en sauvant son testicule encore une fois.

Surmonter les obstacles, une seconde nature !

Toutes ces chirurgies ne sont là que des obstacles pour Cédric et non pas des raisons de ne plus faire de sport. Il a donc repris la compétition en 2017, après avoir laissé guérir quelques blessures. Il s’est malheureusement déchiré les tendons péroniers et les gaines synoviales de la cheville gauche. C’est la Dre Marie-Lyne Nault, chirurgienne orthopédiste qui faisait partie de l’équipe de Stéphane Leduc, qui a reconstruit sa cheville gauche pour en faire une cheville neuve. « Sept mois après, j’étais au Championnat nord-américain de course à obstacles. Et j’ai quand même bien performé », a dit l’athlète avec fierté.

 Il n’était pas au bout de ses peines, faisant suite à ce championnat, il a connu quelques problèmes au niveau de son tendon d’Achille gauche. Cela a nécessité une élongation du tendon d’Achille au niveau du mollet, une chirurgie très rare.  Huit mois après, il repartait sur les sentiers de l’Ultra-Trail Harricana qui est une course en montagne de 65 kilomètres dans Charlevoix. Il a complété l’épreuve en 11 h et 10 minutes, sans arrêt. « Ce sont des courses qui prennent généralement un an de préparation, mais grâce à Sacré-Cœur et Dr Stéphane Leduc on y est arrivé. » L’année dernière, Cédric a subi la même intervention, mais cette fois dans le tendon d’Achille droit. «Maintenant, c’est le jour et la nuit. Ça va super bien. C’est vraiment grâce à l’orthopédie de Sacré-Cœur que je suis capable de faire ce super beau sport. »

Une passion qui ne date pas d’hier

C’est au primaire, à l’école Saint-Arsène, que la passion de Cédric Bolduc pour le sport et la course en particulier a pris naissance. Il avait un talent naturel et un excellent cardio. Un professeur d’éducation physique l’a dirigé vers le cross-country de l’école. « Le cross-country pour les jeunes commence à 1,7 km. Les courses officielles se déroulaient toutes à l’île Sainte-Hélène. Ce professeur m’a dit, on a déjà notre équipe, mais vient juste courir ce soir et voir comment tu peux te débrouiller. Je les ai tous battus. Je n’avais jamais couru de ma vie. Le professeur a dit : toi tu t’en viens joindre l’équipe élite de l’école. Oui, j’ai une mécanique qui fait en sorte que ce serait un gâchis de ne pas en profiter. »

C’est son amour pour l’équipe de Sacré-Cœur et la course à obstacles qui ont donné le goût à Cédric Bolduc de mettre sur pied le Sentier de l’Espoir, un événement qui aura lieu le 11 juin prochain pour une première fois et qu’il souhaite voir devenir un rendez-vous annuel. Il a choisi de remettre 100 % des profits de cette activité au Service de l’orthopédie de l’Hôpital-de-Sacré-Cœur-de-Montréal. Il a formé un comité de quatre personnes qui lui donne un coup de main dans l’organisation. « Je voulais créer la première course de trail au Canada sans but lucratif et approcher des partenaires d’ici pour remettre le maximum d’argent à la Fondation. Le but était de faire un événement accessible pour tous, pas juste pour la communauté sportive d’élite et de rendre les coûts d’inscription très abordables. »

Les défis ne font pas peur à Cédric. En plus de rêver grand pour ce Sentier de l’Espoir, il espère, si sa condition physique lui permet, participer aux Championnats du monde de course à obstacles qui aura lieu en septembre 2022, au Stratton Mountain Resort, dans le Vermont. On lui souhaite de tout cœur !

Retour à la liste des témoignages