La COVID-19 vient complexifier certaines interventions

Voici une photo de l’équipe qui a participé à l’opération.
Voici une photo de l’équipe qui a participé à l’opération.

En ces temps de pandémie plusieurs interventions dans le milieu de la santé se sont complexifiées. Certaines exigent beaucoup de rigueur et de nombreuses précautions. C’était le cas d’une laparotomie exploratoire, une opération chirurgicale où l'abdomen est ouvert et les organes abdominaux examinés pour des blessures ou des maladies, réalisée au début du mois de mai.

Cette opération a été effectuée, dans la salle 17 du bloc opératoire, durant le quart de nuit. Ce type d’intervention figure parmi les chirurgies à risque pouvant générer des aérosols (gouttelettes qui restent en suspension dans l’air) s’il y a des interventions au niveau des intestins.

Le déplacement et les manœuvres auprès d’un patient suspecté ou confirmé de la COVID-19 demandent de la réflexion. Pour éviter la contamination, on ne doit pas déplacer le patient partout sur l’unité. L’isolement, le matériel utilisé, l’installation et le déroulement de la chirurgie doivent être davantage planifiés lors d’une réunion avec tout le personnel impliqué. Pendant le transport du patient pour le faire monter en salle d’opération, l’équipe est habillée avec l’équipement de protection individuel adéquat.

Une fois le patient arrivé sur l’étage, il est transféré directement dans la salle d’opération où l’on effectue une deuxième vérification des lieux. Il est à noter que le temps de préparation et de chirurgie pour un patient suspecté ou confirmé de la COVID-19 est triplé. Une opération d’une durée normale d’une heure peut prendre 3 ou 4 heures.

Une fois l’opération terminée, le chirurgien et les infirmières de salle suivent les directives de la gestionnaire de cas qui fait partie de l’équipe en place pour retirer leur équipement de protection individuelle correctement. L’équipe anesthésique procède au réveil et une période de 21 minutes d’attente doit avoir lieu afin qu’il y a ait un changement d’air dans la salle. La salle de réveil est aménagée dans la salle 17.

L’équipe peut se vanter d’être une des premières à Sacré-Cœur à avoir opéré sur l’un des premiers patients suspectés de la COVID-19. L’opération s’est déroulée en respectant le protocole à la lettre. Ce qui veut dire qu’on a respecté la règle du changement de gant chaque fois que l’environnement du patient a été touché, que le retrait de l’équipement de protection individuel s’est fait sans qu’aucun membre de l’équipe ne soit contaminé, que les deux gestionnaires de cas ont reçu la collaboration des chirurgiens, anesthésiste, inhalothérapeute, des préposés et du personnel infirmier. Le personnel a pris toutes les précautions requises et toute l’équipe en est très fière.

De plus, il est important de souligner qu’une telle opération, en plus d’être stressante, est longue et difficile pour tous les membres de l’équipe. Bravo à tous pour ce bel accomplissement.

 

Retour à la liste des nouvelles