Donner selon nos moyens, mais donner : voilà ce que la famille Trak met en application

Le couple Ada et Samir Trak, fondateurs de l’entreprise Enertrak, distributeur spécialisé en génie climatique, a commencé en 2002 à faire des dons substantiels à divers hôpitaux.  Selon   Mme Trak, qui était Contrôleur, jusqu’à ce qu’elle prenne sa retraite, il était bien évident que la situation financière de l’entreprise devait le permettre.  « Il nous est apparu que les établissements de soins de santé avaient d’énormes besoins.  Nous n’avons qu’à écouter les bulletins de nouvelles pour nous sentir interpellés lorsque nous avons une famille et des employés » de dire Mme Trak qui est à l’origine des premiers dons de l’entreprise.

C’est depuis 2006 que la Fondation de l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal profite de la générosité de la famille Trak. Selon Mme Trak, le fait que Sacré-Cœur soit un des hôpitaux phares du grand Montréal a été pour beaucoup dans sa décision : « faire preuve de générosité lorsqu’on en a les moyens, c’est une question de responsabilité sociale ».

Pour leur fille, Karine, qui est directrice des ventes résidentielles et du marketing, la naissance de ses enfants et la maturité acquise lui ont permis de prendre conscience de l’importance de donner au milieu hospitalier. « Plus on vieillit, plus on est reconnaissant, c’est un cheminement normal ». Et pour Karine Trak, la reconnaissance est souvent à la base du désir de donner : faire des dons vient compenser le peu de temps à consacrer au bénévolat.

Cette dernière espère partager sa fierté de faire partie d’une famille généreuse en créant une section philanthropique sur le nouveau site Internet de l’entreprise.  Elle est d’avis qu’il est important pour les employés, les clients et les fournisseurs de l’entreprise, de prendre connaissance de l’engagement d’Enertrak dans les œuvres caritatives que l’entreprise appuie.

Pour Mme Trak, il y a du travail à faire pour que le niveau de générosité de la communauté francophone puisse égaler celui de la communauté anglophone. C’est une question de culture. « Le geste de donner (selon nos moyens) doit venir de l’individu et doit combler un besoin que ce dernier juge important. Nous aurions pu concentrer nos dons en un seul endroit pour que ce soit plus impressionnant, mais nous ne faisons pas ça pour la publicité » a conclu Mme Trak.

Pour la famille Trak, il est important d’implanter au sein du  conseil d’administration, des jeunes de la relève et des employés d’Enertrak, cette philosophie de l’entreprise ... philosophie de vie : qu’il faut donner lorsqu’on le peut, peu importe le montant ! 

Retour à la liste des témoignages